Côte d’Albâtre

La côte d’albâtre constitue la quasi totalité du littoral du département de Seine-Maritime, du Havre jusqu’au Tréport, ce sont prés de 140 km. de côtes sur la Manche, une côte normande riche de découvertes et de paysages somptueux. La côte d’Albâtre doit son nom à la blancheur de ses falaises, une grande muraille de craie blanche truffée de silex qui fait face à la mer et plonge dans les eaux aux reflets changeants, c’est la carte postale la plus vendue de la région. Cette côte normande du Pays de Caux est l’une des plus impressionnantes du littoral en Normandie. La côte d’Albâtre est une côte sauvage, vertigineuse, épurée jusqu’à l’horizon, elle se teinte de toute la gamme des lumières, inspirant peintres et poètes. Mais c’est une côte où l’on découvre des plages, jonchées de galets dans lesquels se cachent de grandes étendues de sable quand la mer se retire l’une des rares côtes encore si peu urbanisée où l’on se promène, suspendu entre terre et mer entre l’odeur de la marée et le cri des goélands !

3 fleuves ont su creuser des brèches dans cette muraille pour permettre l’établissement de vraies villes : Fécamp s’est installée dans la faille de Valmont, Dieppe dans celle de l’Arques, tandis que Le Tréport dans les étroites formes de la vallée de la Bresle.

La magie de cette côte d’albâtre réside dans son accessibilité. Sur une bonne partie de son parcours, de petites routes longent la mer au plus près, offrant sans cesse des points de vue et panoramas grandioses et différents.

EtretatLes amateurs de randonnées comme les marcheurs du dimanche pourront suivre le fabuleux GR 21 qui longe la côte d’Étretat jusqu’à Berneval-le-Grand, à quelques kilomètres au nord de Dieppe. Nul besoin de tout parcourir. Au grès de votre courage, vous pourrez sans problème grappiller ici ou là un bout de GR sans vous fatiguer, et profiter ainsi des sites de cette côte normande qui envoûtèrent tant d’artistes. Vous pouvez également retrouver plus d’informations pour faire du tourisme sur la côte d’Albâtre en compulsant notre liste d’intervenants locaux.

A ne pas louper sur la côte d’albâtre

  • Dieppe, son port de pêche, le quartier des pêcheurs, les églises Saint-Jacques et Saint-Rémi,
  • Fécamp et Saint-Valéry-en-Caux, leurs petits ports qui s’animent à la marée, les histoires et légendes qui entourent ces villes normandes, le palais de la bénédictine à Fécamp.
  • Etretat, les maisons et villas, les falaises et sa plage, le clos Lupin et l’histoire d’Arsène Lupin.
  • Le Havre, le musée Malraux et autres musées de la ville, son port de commerce, son bord de mer.
  • Saint-Valéry-en-Caux, son port, le cloître des pénitents, l’église du Moyen-Age, le casino et le centre culturel.
  • Le Tréport, les hautes falaises, la halle aux poissons, l’abbaye Saint-Michel, le front de mer, l’église Saint-Jacques, le casino, le port.

Côte d’Albâtre, la côte du pays de Caux

La côte du Pays de Caux est plus massive. Les falaises ne sont plus granitiques, comme à la Hague, mais crayeuses. De nombreuses vallées parcourent le plateau; seules les plus profondes ont permis l’implantation des villes, souvent dotées d’un port important et d’une station balnéaire fréquentée.

Les autres falaises normandes sont moins élevées; les vaches noires entre Houlgate et Villers-sur-Mer et celles qui encadrent Port-en-Bessin n’en sont pas moins magnifiques, tout comme celles de la côte ouest de la Manche, Granville, Carteret, Flamanville, qui servent de limite aux baies.

Falaise

C’est plus qu’une ville normande qui vit naître Guillaume le Conquérant, c’est la norme côtière, craie, ciel gris, mer argentée. On va à Étretat, à Saint-Jouin Bruneval, prés du Havre, pour les plus beaux panoramas côtiers.

Granit

Le granit, roche cristalline formée de cristaux de quartz, de feldspath et de mica, donne des couleurs qui varient selon les régions. Dans les carrières de Saint-Sever et Saint-Michel-de-Montjoie, on extrait le bleu de Vire. Ce matériau est utilisé pour la création d’objet et d’ornements précieux tels les colonnes, arcades, cheminées ou monuments funéraires. C’est au musée du granit de Saint-Michel-de-Montjoie que sont exposés les objets les plus précieux de cette région.

Réseau hydrographique

La Normandie ne possède qu’un seul cours d’eau venu de loin, la Seine. C’est l’axe de peuplement et d’industrie majeur de la région et l’un des principaux de France. La Bresle, qui se jette dans la mer au Tréport, délimite la région au nord et à l’est. La Bethune, qui finit sa course à Dieppe, marque la limite orientale du Pays de Caux. A la limite de la Manche et du Calvados, la Baie des Veys sert d’entonnoir à quatre rivières (la Vire, la Traute, la Sèves et la Douve) et crée ainsi un vaste marais. Entre cet ensemble et l’Orne, c’est le système de bocage qui domine avec ses nombreux petits cours d’eau caractéristiques.

Une côte normande par monts et par valleuse

Les « indigènes » raffolent de ces petits coins intimes de cette côte d’Albâtre, plages normandes inconnues des touristes, alvéoles solitaires, instants fugitifs sur les galets où le regard rencontre l’infinité de l’océan. On y accède par des valleuses, entailles géologiques dans la falaise, parfois larges et assez évasées pour que s’y implante un port ou une station balnéaire, parfois beaucoup plus sauvages, refuges de nombreuses espèces végétales et animales, elles conduisent à de minuscules plages naturelles, véritables havres de tranquillité. L’accès à la mer est étroit, plus ou moins aménagé sous forme d’escaliers ou d’échelles, parfois même périlleux.

Côte d’Albâtre, qu'en pensez-vous ?

Partagez votre avis, point de vue, idée, bon plan, bonne adresse, opinion et tout ce que vous souhaitez exprimer sur Côte d’Albâtre en postant votre commentaire ci-dessous.

Laisser un commentaire